Soleils & Cendre

 SOLEILS & CENDRE
revue d'écriture

créée en 1986
111 numéros parus

Comité de rédaction :
Jean-Guy Angles
Yves Béal
Chantal Bélézy
Marie-Pierre Canard
Isabelle Ducastaing
Claude Niarfeix
Henri Tramoy
Sylviane Werner


99 Bd des Mians
F-84260 Sarrians

mél : solicend@orange.fr
La revue

Fermer Abonnements

Fermer Ateliers d'écriture

Fermer Les choix d'orientation

Fermer Les choix éditoriaux

Fermer Livrer nos clés

Fermer Nos fondamentaux

Fermer Numéros parus

Fermer Pages marquées

Fermer Projets en cours

Fermer Textes en débat

Les collections

Fermer C'est com'ça qu'on écrit?

Fermer Dessous des cartes

Fermer Et au-dessus la lune

Fermer Le Texte est un Millefeuille

Fermer Les Solicendristes

Fermer Mais encore

Agenda
Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Ateliers d'écriture - Atelier Labyrinthe

LABYRINTHE

union de la spirale et de la tresse


En novembre 2012 paraissait le numéro 105 de Soleils & cendre, consacré au labyrinthe.

 

Labyrinthe, pour ne pas nommer quoi ?
Le labyrinthe est un lieu d'essais et d'erreurs ; de f
ausses pistes : qu’est-ce que revenir sur ses pas ? On sème des petits cailloux, on recherche des repères, des indices. Il faut accepter de s'y perdre.  Dans ce circuit / court-circuit, quelle gestation de la folie ? Nous y voici fuyant, fouissant, dans l'enchevêtrement des sentiers. L’enjeu est d'atteindre le centre (Egypte) ou d'en sortir (Grèce) ; dans les deux cas, de géo-mtriser l’espace [de la force et de la ruse].

Certains y reconnaîtrons la symbolique de la forêt ou bien celle de l’utérus (où tourner / se retourner en rond). Il y est difficile de décoder la variation. Même s'il renvoie à une énigmatique géométrie du cerveau : trace, mémoire de quel(s) projet(s) ? Télescopage du temps.

Domaine de l’ogre, du Minotaure, il marque notre hantise de la dévoration. Pourrait-il être une représentation de la fatalité ?

Le labyrinthe, c'est l'homme obscur à lui-même, qui se perd en essayant de se connaître. Il symbolise l’âme humaine dans toute sa complexité, au plus intime d'elle-même. Mais il représente aussi l’Homme face à l’univers ainsi qu'une métaphore sur le sens de la vie.

Au sources de la philosophie, selon Leibnitz, le labyrinthe du continu a donné naissance aux paradoxes de Zénon, et le labyrinthe de la liberté à l’aporie de Diodore.


Nous nous accorderons à dire, dans notre groupe, que le labyrinthe constitue une épreuve, pas une impasse.

Et si de l’uniforme, de l’identique, de l’indifférencié naissait le labyrinthe.
Ainsi pourrions-nous faire lien avec un numéro ancien : « Allée au désert », comme voyage initiatique, accès au centre : accepté ou non.

Pour qui, pour quels regards fabriquons-nous des labyrinthes ?

Nous livrerons ici, à mesure de son élaboration, la problématique du thème ainsi que divers dispositifs, lanceurs d'écriture.



THÉSÉE DES MOTS

dispositif librement interprétable

 

Au cœur du labyrinthe, le Minotaure : mot terrible.
Allons débusquer ce mot, au péril de notre vie.

  • Pour cela, nous disposerions d'un fil d'Ariane en forme de litanie, sur le modèle de : J'en ai marre marre marre, marabout bout bout, bout de ficelle selle selle… il nous conduirait au Minotaure. Et pour le construire, nous commencerions par la fin … Minotaure / … domino, Minotaure / ……

Cela constituerait notre premier réservoir de mots.

  • Avec les mots de ce réservoir, disons que nous construirions un premier texte, présenté en drapeau, vous savez, bord fixe à gauche, bord mobile à droite, la césure intervenant à la fin d'un groupe de sens ou d'un grpupe de souffle, si l'on en considère la lecture à haute voix..
  • Puis nous procéderions à une réécriture en miroir, en quelque sorte : un second texte écrit en miroir du premier, comme pour l'équilibrer. lui offrir son complémentaire. Pour retrouver son souffle, son chemin dans le dédale des mots. Image :

 

Bla bla blablabla                     Abliablabli blub blub blub

blabla bla bla blablabla                        bliba balbute blop

bla et rebla                                 rbla blop pleba et reblop

Peut-être que cela a pu aider à la formation des images mentales : une idée du texte en écho, en résonance.


  • Enfin, nous pourrions tisser, faire se croiser comme les deux mains dont les doigts se croisent, une sorte de renga sur soi-même, quoi. Une tresse des deux texte, avec les ajouts : les couloirs du labyrinthe se resserrent, une sorte de mauvais rêve. Et là, il advient quelque chose d'inattendu, qui nous donne la clé, qui triomphe du minotaure. Thésée en nous, pas taisez vous.

Date de création : 10/07/2012 - 23:10
Dernière modification : 14/02/2013 - 23:33
Catégorie : Ateliers d'écriture
Page lue 2416 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Textes à vif
Nos fondamentaux
Soleils & Cendre livre
quelques aspects de sa personnalité :

  • Un projet en rupture avec l'idéologie dominante de l'écriture, avec une certaine logique académique de la littérature : la revue livre ses enjeux, ses partis-pris, ses concepts. Lire : "NOS FONDAMENTAUX" .
Sept textes sur ce site :

 
 


  • Une invitation au débat : la revue interpelle, pose ses problématiques, met en débat ses points de vue. Lire : "TEXTES EN DEBAT".
Six textes actuellement sur ce site :

 
Acritique / Re-création
Cette rubrique est destinée à recevoir des textes écrits à partir de spectacles, et qui se démarquent radicalement de la critique. Travail de re-création, par l'écrit, de l'œuvre d'art.
Textes Collectifs
W3C CSS Skins Papinou © 2007 - Licence Creative Commons
^ Haut ^